Francis De Percin  : « J'ai préféré privilégier ma reconversion plutôt que de galérer »

 

Francis De Percin n'est jamais apparu avec l'équipe première du PSG malgré son statut de joueur professionnel. Victime des restrictions quantitatives d'un effectif pléthorique, il dû quitter le club sans avoir pu prouver sa valeur. Conscient très tôt des difficultés du métier de footballeur, il préfère privilégier sa reconversion, et en goûte aujourd'hui les fruits.

 

PSG70 : Francis De Percin, pouvez-vous nous expliquer le parcours par lequel vous êtes arrivé au PSG ?

Francis De Percin : « Je jouais dans le petit club de Fresnes dans le Val de Marne puis j'ai rejoint le Lion d'Alfortville pendant deux ans en Cadets nationaux. Je me suis fait remarquer par un recruteur du PSG lors d'un match de gala entre le PSG et Créteil car Créteil venait d'accéder à la deuxième division. Nous avons joué avec les Lions d'Alfortville en match d'ouverture contre les Cadets de Créteil, et à la fin du match, Erick Mombaerts qui était responsable du Centre de Formation du PSG m'a sollicité. J'ai bien entendu accepté et signé un contrat d'aspirant en 1986, puis un contrat stagiaire pendant 3 ans, et enfin un contrat pro de 4 ans. J'ai notamment été en finale de la Coupe Gambardella perdue contre Metz en 1988/89 avec Nouma, Llacer, Kokkinis ou MBoma. J'ai intégré l'effectif professionnel a l'aube de la saison 1990/91 mais je n'ai jamais joué de match officiel. J'ai eu la malchance de souffrir d'une pubalgie et d'être opéré, si bien que je n'ai pratiquement pas joué de la saison. A part quelques matches de préparation et amicaux je n'ai été appelé qu'une seule fois dans le groupe des 14. Car a l'époque, seuls 13 joueurs pouvaient être sur le feuille de match. C'était pour le déplacement à Auxerre, mais je suis resté en tribune. J'avais été appelé pour palier à un éventuel forfait de Franck Tanasi qui jouait latéral droit comme moi et qui était incertain. Heureusement pour lui et malheureusement pour moi il a pu tenir sa place ».

PSG70 : Est-ce un regret pour vous de ne pas avoir pu prouver votre valeur en première division ?

F.D.P : « Un regret oui, j'aurai bien entendu aimé goûter à la première division mais mon passage au PSG m'a apporté énormément de choses. J'ai pu côtoyer des garçons d'un très haut niveau footballistique et ce fut tout de même une super aventure ».

 

PSG70 : Pourquoi avez-vous quitté le club au bout d'une seule saison si vous aviez signé un contrat de 4 ans ?

F.D.P. : « Nous avons eu un arrangement à l'amiable avec la direction. A l'époque, les clubs professionnels n'avaient droit qu'à un effectif de 21 joueurs pros. Ce n'était pas comme aujourd'hui où il est possible d'avoir un effectif pléthorique. Si je n'étais pas considéré comme un pro à part entière la première année, je l'étais la deuxième saison. L'effectif étant déjà bien composé, il fallait casser certains contrats pour pouvoir recruter. Et je fus malheureusement des joueurs qui en ont fait les frais ».

PSG70 : Qu'avez-vous fait ensuite ?

F.D.P. : « J'ai immédiatement signé pour le Paris Football Club en Division 3, actuellement National. Mais je n'y ai passé qu'une saison. Disons qu'il n'y avait pas au Paris FC les mêmes conditions d'entraînements qu'au PSG, ni les mêmes conditions tout court d'ailleurs. Ce fut un choc assez important. Je ne garde pas de grands souvenirs de cette saison. Alors avec cette expérience, j'ai préféré privilégier ma reconversion car je ne voulais pas galérer et revivre ce genre de situation. Le club de Tarbes dans le sud ouest de la France m'a donné l'opportunité d'avoir un bon emploi grâce au football. Je n'ai pas hésité et j'ai foncé. Aujourd'hui je ne regrette pas et je suis heureux que grâce au foot, j'ai pu obtenir un métier qui me plait. J'ai donc joué au Trabes Stado Football pendant 3 ans en CFA2 dans l'optique d'être employé à la mairie de Lannemezan, une petite commune à 35 kilomètres de Tarbes. J'ai ensuite joué pour le club de la commune, le Lannemezan FC pendant 6 ans, en parallèle, j'étais responsable de l'école de foot. Puis je suis retourné à Trabes, au club qui se nomme désormais le Tarbes Pyrénées Football, après une fusion avec le Tarbes Gespe football. J'ai été éducateur et entraîneur de l'équipe senior pendant 2 ans, puis je suis parti une saison au FC Nestes et revenu à Tarbes depuis deux ans pour entraîner l'équipe des -18 ans ».

 

PSG70 : Vous avez songé à votre reconversion très jeune finalement, avant même d'avoir pu tenter votre carrière au haut niveau.

F.D.P. : « Oui, je suis parti du PSG à 21 ans. J'aurai pu jouer en D3 ou en D2, car j'avais le niveau et je pense que ça aurait été possible vue de ma formation au PSG. Mais j'avais un projet de vie avec ma femme, je recherchais avant tout la stabilité professionnelle.

 

PSG70 : Gardez-vous un il sur l'actualité du PSG ?

Tout a fait. Le parrain de ma fille est Jean-Luc Vasseur, il s'occupe des 16 ans nationaux du PSG. Et puis on n'oublie pas un club après y avoir passé 6 ans. J'ai par exemple appris avec tristesse le décès de Francis Borelli qui était mon président lorsque j'ai signé mon premier contrat. Mais le PSG, restera un club que j'apprécie énormément.

 

Propos recueillis par Maxime Pousset pour PSG70.free.fr. Merci à Francis De Percin pour sa gentillesse et sa grande disponibilité.

 

haut