Thierry Berthou : « La création du club ? 1904, Je n'invente rien »

 

Thierry Berthou, auteur du Livre « Histoire du Paris Saint-Germain Football Club (1904 1998) » revient exclusivement pour PSG70 sur la fusion ainsi que la scission du club.

 

PSG70 : Thierry Berthou, vous êtes l'un des défenseurs de la théorie selon laquelle le PSG aurait été crée en 1904 (Création du Stade Saint-Germain) et non en 1970 comme l'indique la source officielle. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi cette date est selon vous celle qui correspond le mieux à la création du Paris Saint-Germain ?

Thierry Berthou : "Je ne suis pas "l'un des défenseurs de la théorie selon laquelle le PSG aurait été crée en 1904", mais juste un historien qui a fait des recherches sur ce thème et qui a publié les résultats de ces recherches. J'invite tout le monde à vérifier mes affirmations en se rendant aux archives de la FFF.. . Je n'invente rien. Tout ce que je dis est vérifiable. C'est ce que l'on peut reprocher à mes détracteurs et aux sceptiques. Ils ne vérifient pas et ils critiquent. Ce n'est pas très constructif... "

 

PSG70 : En 1970, le Stade Sangermanois décide d'accepter l'offre de l'association Paris Football Club pour voir naître un grand club dans la capitale. Comment s'est déroulée cette opération ? Les dirigeants Sangermanois avaient-ils vraiment le choix ?

T.B : "Le Stade Saint-Germain est promu sur le terrain en D2 suite à sa 3e place lors du dernier CFA ancienne formule. Dans le même temps, le PFC n'a ni joueurs, ni entraîneur, ni stade, ni même le droit de s'inscrire en championnat !! Pour participer aux compétitions de la FFF et de la Ligue, il faut qu'un club dispose d'équipes de jeunes. Ce n'était évidemment pas le cas du PFC.  On peut toujours refusé une "fusion". C'est l'Assemblée Générale qui en décidé, et pas seulement les "dirigeants" d'un club.  Dans le cas du PSG, je conteste la notion même de "fusion". On fusionne d'égal à égal, mais dans ce cas, il y a un club et un groupe d'investisseurs. C'est comme si on disait que le PSG avait été fondé par Canal+ en 1991... Certains le diront certainement un jour...  "

 

PSG70 : En cette saison 70/71 le Paris Saint-Germain FC est fait donc partie des équipes débutant le championnat national (ex L2). Comment le fait que le club n'ai pas eu besoin de passer par les divisions antérieures a été perçu par les adversaires ?

T.B : "Le Stade Saint-Germain a passé treize saisons en CFA avant d'accéder, sur le terrain, en D2! Il n'y a pas de problème à ce niveau. La liste des clubs participants à ce championnat de D2 70-71 est d'ailleurs publiée par la FFF le 30 mai 1970, et le Paris Saint-Germain Football Club y figure sous ce nom au titre de la troisième place du Stade Saint-Germain en CFA 1969-70.  Dès le 30 mai 1970, la FFF prends en compte le "Paris Saint-Germain FC"   alors que la fusion n'est même pas encore réalisée! "

 

PSG70 : Et par les médias ?

T.B : "Il n'y a jamais eu de problème avec les autres clubs ou les médias à ce niveau. Tout le monde connaissait alors bien le Stade Saint-Germain. C'était quand même le troisième club d'Ile de France de l'époque. "

 

«  Les clubs de Province rêvaient de battre le club de la capitale. »

 

PSG70 : Pouvais-t-on sentir de la part des spectateurs parisiens un réel engouement pour cette équipe ?

T.B : " Il ne faut pas confondre le "téléthon" (sic) organisé par Europe 1 et les supporters réels du PSG. Déjà, sur 17.400 promesses de dons, moins de 10.000 ont effectivement payé. Après le début du championnat, on se rend bien vite compte que ces "supporters" ne sont pas dans les tribunes! On escomptait jouer en alternance à Saint-Germain-en-Laye et au Stade Jean Bouin de Paris, mais très vite, presque tous les matches eurent lieu à Saint-Germain. Là, au moins, il y avait des spectateurs et des supporters! "

 

PSG70 : Pour la survie du club, le PSG se devait de monter en division 1 le plus vite possible. Pouvait-on parler de "pression" importante lors des matchs?

T.B : "Le PSG s'est promené lors de la saison 70-71 et enlève même le titre de champion de France de D2 en affrontant en fin de saison les vainqueurs des deux autres groupes. La "pression" fut quasi absente, même si tous les clubs de Province rêvaient de battre le club de la capitale."

 

PSG70 : A l'issu de la saison 71/72, le conseil de Paris demande d'adopter un nom plus parisien au PSG. Un véritable clash explose au sein du club entres les anciens sangermanois et parisiens. Expliquez-nous brièvement cet épisode clé de l'histoire du PSG.

T.B : "Expliquer brièvement ce fait capital est impossible. Mais bon, résumons au maximum... En décembre 1971, et malgré des promesses antérieures, le Conseil de Paris vote une motion exigeant le changement de nom du club en Paris Football Club. Dans le cas contraire, pas de subvention et pas de Parc des Princes. Le président Patrelle négocia comme un dingue, mais la mairie de Paris resta inflexible. Un vote en assemblée générale repoussa pourtant d'une courte majorité ce changement de nom. Légalement, la Mairie de Paris avait perdu... Cette dernière mit toutefois tout son poids dans la balance, la FFF et la Ligue n'osèrent se fâcher avec elle. La Mairie était (est toujours...) en effet propriétaire du Parc des Princes et il n'était pas question de se fâcher... Le PFC déclara alors sa sécession, et la FFF accorda toutes les dérogations pour une telle acrobatie. Aujourd'hui, la FIFA interviendrait dans une affaire comme celle là ; ce ne fut pas le cas à l'époque. Le PFC récupéra alors l'équipe professionnelle de D1 tandis que le PSG conserva toutes les équipes amateurs et reparti en D3, là où jouait sa réserve en 71-72. Le PFC n'ayant pas le droit de s'inscrire en compétition avec une simple équipe professionnelle (il faut aussi des équipes de jeunes) le club "fusionna" (pour le principe...) avec le RC Montreuil, autre vieux club banlieusard. Patrelle décida de conserver le nom de PSGFC inchangé en se référant au vote de mai 1972 repoussant le changement de nom."

"Le fin mot de cette histoire (magouilles mises à part), c'est que le PSG (Stade Saint-Germain)  et le PFC "divorcent" après deux ans d'union. On a bien d'autres cas de ce type en France. Le RC Strasbourg, par exemple qui "fusionna" un temps avec les Pierrots de Strasbourg avant de divorcer. Personne n'affirme pourtant que le RC Strasbourg soit né le jour de cette "fusion"..."

 

PSG70 : Au terme de ce clash, le Paris FC reste en Division 1 avec la majorité des joueurs du PSG de l'an passé. Le PSG quant à lui se retrouve en Division 3 en lieu et place de la réserve. Comment-on réagis les supporters ? Sont-ils restés fidèles au PSG ou au PFC ?

T.B : "Un sondage a eu lieu sur ce thème. Plus de 90% sont resté au PFC... Et après ça, ces "traîtres" (appelons un chat un chat) viennent nous parlez de fondation en 1970 et de leur participation à cette fondation. C'est scandaleux. "Leur" club, c'est le PFC..."

 

PSG70 : Cet épisode n'a-t-il pas fais scandale dans la presse ?

T.B : "OUI. France Football, L'équipe et Le Parisien, pour ne citer qu'eux ont multipliés les articles sur ce thème. La presse réclamait même que le PSG (Stade Saint-Germain) soit autorisé à jouer en D2 en 72-73 au nom du principe qu'il était à ce niveau au moment de la fusion. Sur ce coup, la presse fut correcte. Il suffit de lire les articles d'époque pour s'en rendre compte. Tout cela à plus de trois décennies, mais ces sources sont encore largement accessibles. Je le répète : il n'y a qu'à lire."

 

PSG70 : Une certaine rivalité ne s'est elle pas développée au sein des joueurs restants du PSG ainsi que des dirigeants envers le PFC ?

T.B : "OUI. Et c'est toujours un peu le cas aujourd'hui encore pour les très vieux supporters qui n'ont pas oublié la trahison de 1972. N'oublions pas que c'est ensuite le PFC qui sert de base à la mise en place du Matra Racing... Patrelle voulait définitivement régler le problème en rachetant l'ensemble des joueurs pros du PFC en juin 1974. Le PFC était alors à l'agonie financièrement avec une relégation en D2. Au contraire, le PSG montait en D1. Patrelle avait bouclé tout le dossier, mais Hechter se braqua et l'affaire ne se fit pas... Patelle quitta alors la présidence du club (juin 1974 et pas juin 1973 comme beaucoup le pensent...) "

 

Propos recueillis par Maxime.P pour http://psg70.free.fr